lundi 10 juillet 2017

Du Domaine des Murmures, de Carole Martinez

Quatrième de couv' : En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire «oui» : elle veut faire respecter son vœu de s'offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe...
Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et ce souffle l'entraînera jusqu'en Terre sainte.
Carole Martinez donne ici libre cours à la puissance poétique de son imagination et nous fait vivre une expérience à la fois mystique et charnelle, à la lisière du songe. Elle nous emporte dans son univers si singulier, rêveur et cruel, plein d'une sensualité prenante.

Mon avis : J'ai emprunté ce roman dans la bibliothèque de ma mère, il s'agit d'un livre que quelqu'un lui a offert et qu'elle n'a probablement jamais lu... 
Je ne pensais pas aimer, et pourtant je l'ai dévoré ! Il ne fait que 200 pages, mais j'ai vraiment été prise dans l'histoire. 
Je crois bien n'avoir jamais lu de roman se déroulant au Moyen-Âge parce que ce n'est pas une période qui m'attire et en lisant le résumé je ne pensais pas que l'histoire serait si riche et si intéressante ! 

Je me suis laissée happer par les multiples rebondissements et j'avoue n'avoir rien vu venir à plusieurs reprises, me laissant étonnée et et assez contente que le récit prenne cette tournure, car cela apporte vraiment de la matière à l'histoire. 

Les différents thèmes abordés sont le Moyen-Âge, les croisades, le destin d'une femme, la religion, la maternité et le merveilleux. 

A travers ce roman j'ai donc découvert de nombreuses choses du Moyen-Âge, et notamment la condition de la femme, mais aussi celle des enfants de serf ou de noble qui ne sont pas logés à la même enseigne. Un enfant de serf restera vivre longtemps avec sa famille (à s'esquinter au travail), tandis que les garçons, fils de noble, sont envoyés chez un page, ou chez un autre vassal pour apprendre à monter à cheval ou à se battre. Quant aux filles de nobles, elles restent dans la famille jusqu'à leur mariage arrangé, ou bien sont envoyées au couvent. 

La présence de la religion est également un élément important de ce roman, et j'avoue ne pas toujours comprendre comment on peut croire en Dieu... Cette croyance me semble plus facile à accepter dans un contexte d'époque médiévale où les populations croient en tout (et à toutes les histoires les plus fantasques, on le découvre dans ce roman par bien des façons). Leur foi chevillée au corps, il leur est impensable que leur vie ne soit pas régie par Dieu, et il leur faut prier pour la sauvegarde de leur âme. Cette foi fait partie de leur identité et sans elle, il n'y aurait pas ce roman puisque l'héroïne souhaite se dédier à Dieu. 

En 200 pages j'ai apprécié, détesté et eu de la compassion pour l'héroïne. Je ne savais rien des recluses, ces femmes très pieuses, qui au Moyen-Âge, se faisaient emmurer vivantes dans des cellules plus ou moins grandes, afin de prier pour sauver l'âme de leurs contemporains. 
Dans ce roman, Esclarmonde a une cellule assez confortable, suffisamment grande et munie d'une cheminée. Chaque jour elle reçoit devant sa fenestrelle des pèlerins qui viennent lui parler. Au fur et à mesure de son enfermement, cette Sainte va obtenir un pouvoir de plus en plus grand, d'autant plus que par son action la Mort est éloignée du Domaine des Murmures et les récoltes sont bonnes tous les ans ! 
Là où le personnage m'a plu c'est par son rapport à la maternité : moi qui ne souhaite pas avoir d'enfant j'ai été extrêmement touchée par ce lien qu'elle a avec le sien, qu'elle ne renie jamais, qui va même prendre le dessus sur ses voeux pris quelques années plus tôt. 
L'autrice fait tout de même porter à son personnage un prénom qui signifie en occitan "clarté du monde", comment ne pas penser qu'elle était destinée à une vie particulière ? Car même si la jeune femme est recluse dans la chapelle du domaine où elle a toujours vécu, elle parvient néanmoins à en apprendre beaucoup sur le monde grâce à sa condition, aux pèlerins et à son père. 

Il y a quelques touches de merveilleux, de croyances un peu fantasques, à travers Bérangère par exemple, ce qui est soft et nous rapproche des contes médiévaux. 
Cependant j'ai eu plus de mal avec l'idée qu'Esclarmonde puisse voir en rêve ce qui arrive à son père, qui est en croisade à des centaines de kilomètres de là. 

En revanche j'ai trouvé intéressant de découvrir cet aspect des croisades, parce que je dois bien dire que je ne m'en faisais absolument aucune idée. Et de voir la misère, la famine, la désillusion aussi, puis la folie, qu'elles engendrent, était très intéressant. 

J'ai un peu moins aimé le début et la fin du roman parce qu'Esclarmonde nous fait des confessions d'outre-tombe, à nous lecteurs du XXIè siècle, à moins que ce ne soit aux personnes qui visitent son château des siècles plus tard ? Je suis un peu mitigée sur ce procédé narratif parce que le reste du roman est une narration tout à fait normale, avec un personnage qui est ancré dans son époque. 

Contrairement au roman que j'ai lu hier, Trois femmes puissantes, là dans le Domaine des Murmures on a réellement des portraits de femmes qui sont puissantes, qui ont une vraie prise sur leur vie, sur leur réalité, et qui sont fidèles à leurs engagements, même quand ceux-ci évoluent. 

Magnifique roman, accessible, intéressant et qui nous transporte à une époque et en un lieu que nous n'avons pas connus, mais que nous acceptons parce que l'autrice ancre ses personnages dans ce contexte, et les rend vivants. C'est une fresque du Moyen-Âge, avec des personnages tout en nuances. 

Par ailleurs j'ai regardé 2 vidéos de l'autrice où elle donne une interview et elle est clairement passionnée par le sujet mais surtout elle explique comment l'histoire lui est venue et je trouve génial de découvrir comment un auteur prend une certaine direction puis en change quand l'histoire lui vient plus clairement. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire